Avant d’étudier en école d’Art, sa culture personnelle était issue des franges «un- derground» et notamment des pratiques urbaines. Elle s'intéresse aux micro-mouvements qui font frissonner sa ville et s’inspire de la confrontation des milieux artistiques et des cultures médiatiques. Elle interrogea d'ailleurs ces mécanismes dans l’écriture de son mémoire intitulé Palimpseste Urbain. Ses origines Limougeaudes l’a poussèrent par la suite à poursuivre ses recherches en post-diplôme Kaolin afin de questionner les pratiques traditionnelles de la céramique.

 

Son travail plastique gravite autour de la notion de déplacement, entre processus et trace, Elle s’attache à retranscrire la matière en mouvement, dans une esthétique fugitive. Animée par le désir du voyage, parcourir des lieux toujours différents contribue à nourrir sa pratique plastique qu’elle cherche à inscrire dans une forme de nomadisme. Il y a ce rapport au corps dans son passage à travers le territoire mais aussi à travers la matière. L’expérience fonde son œuvre. Ainsi les échanges entre différentes cultures la questionnent et lui donnent matière à créer. 

Sa pratique artistique se veut transdisciplinaire. Son travail se constitue de gestes, d’actions, de processus cherchant à rendre compte d'écarts, de l’imperceptible, de l’éphémère, de l’«inframince». Par le biais de multiples médiums tels que le dessin performatif, la photographie, la vidéo, le son, la céramique et aujourd’hui la sculpture, Flora tente de capter les changements d’états, de mettre à l’épreuve la matière et d’en tester ses limites, ou de faire apparaître des choses que l’on ne voit pas. Influencée par une esthétique musicale, Flora cherche à suggérer une onde, une vibration, une impulsion rythmique qui en même temps qu’elle se propage, s’estompe. Entre distillation et prolifération, les éléments aqueux l’inspirent. 

Ses productions tendent à prélever du réel afin de créer un imaginaire où la question politique des limites de l’inscription se lit en filigrane. En regrattant les traces du passé, en superposant les temporalités et en pratiquant la trace comme négatif d’un évènement, elle tente de faire ressortir la vacuité ou l’absurdité.

  • Gris Facebook Icône
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Vimeo Icône